Communiqué du Patriarcat Grec-Orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient

Effectuant une visite qui constitue une première en son genre pour un Patriarche orthodoxe d'Antioche, et sur l'aimable invitation de Son Altesse le prince Ghazi bin Mohammed, le plus éminent des conseillers de Sa Majesté le Roi Abdallah II bin Hussein, le Patriarche Jean X, primat de l'Eglise grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, s'est rendu en Jordanie en visite officielle pour participer au congrès intitulé « les défis auxquels font face les chrétiens arabes », qui se tenait en la capitale jordanienne, Amman, les 3 et 4 septembre 2013.
Avant son départ de l'aéroport de Beyrouth, Sa Béatitude a été reçu par Son Excellence le ministre Nicolas NAHAS, venu en représentant de Son Excellence le président Michel SULEIMAN (président de la République libanaise), souhaiter bon voyage au Patriarche.
Au congrès, Sa Béatitude a rencontré plusieurs patriarches et primats d'Eglise ainsi que des religieux chrétiens et musulmans et a échangé avec eux à propos des défis les plus importants qui affrontent les chrétiens en Orient, qui constituent "cette part qui est indissociable du tissu oriental islamo-chrétien". Sa Béatitude a évoqué également la réalité relative à l'émigration des chrétiens.
Sa Béatitude Jean X (YAZIGI) a été distingué par Sa Majesté le Roi Abdallah II bin Hussein par un entretien particulier, à l'issue des travaux du congrès, et ce le jeudi 5 septembre, lors duquel le Patriarche a exposé à Sa Majesté la réalité de la situation des chrétiens en Syrie, au Liban et dans l'ensemble de l'Orient, ainsi que leurs angoisses et appréhensions, en lui demandant d'aider à la libération des deux métropolites enlevés Jean (IBRAHIM) et Paul (YAZIGI) et de tous les autres enlevés, soulignant combien la clôture d'un tel dossier pouvait rassurer l'être humain en Orient. La rencontre a été une occasion aussi pour échanger à propos de la question syrienne et pour affirmer la nécessité d'avancer dans la logique de la paix et de la solution politique comme seul et unique moyen pour permettre le retour de la Syrie au port de la sécurité. Sa Béatitude a de même loué la position de Sa Majesté de nepas autoriser l'utilisation des territoires du Royaume comme base pour une intervention militaire probable en Syrie.

11/09/2013, 09h57