La Théologie

Le terme de théologie n'est pas né dans le christianisme et ce n'est qu'avec hésitation que s'imposa un usage chrétien de ce terme qui ne se trouve pas dans la Bible. Les raisons décisives du surgissement de la théologie chrétienne furent l'extension du christianisme dans l'Empire romain et sa rencontre avec la pensée grecque.

Le message chrétien primitif, qui annonçait la divinité du Christ dans des expressions simples appelées " kerygmes " (" proclamations ", " annonces ") telles que " Jésus est le Seigneur et le Christ " (Actes des Apôtres, II, 36), se trouva confronté aux exigences d'une philosophie très élaborée. Pour qu'il puisse continuer de s'étendre et justifier de sa rationalité face aux attaques des philosophes " païens " (parmi lesquels précisément, il faut compter les néoplatoniciens), il dut donc être traduit sous la forme d'un discours conceptuel, dans des catégories de pensée qui n'étaient pas celles de la Bible, mais celles de la pensée grecque. Ainsi, le concile de Nicée (325) parvint à définir la divinité du Christ en disant qu'il était " engendré du Père " et de " la même substance que le Père ".

Origine :
Le terme théologie est né dans la culture grecque, mais les premiers discours pour parler des dieux furent des mythes et des récits. Ils furent soumis au jugement critique des philosophes, en particulier Platon, pour permettre de dévoiler la vérité cachée sur les dieux.
La théologie s'élabora progressivement par la distinction entre le mythe et le logos, discours rationnel. Aristote fit de la théologie, après les mathématiques et la physique, la plus haute des trois sciences philosophiques. Cependant, les philosophes grecs, excepté peut-être le philosophe néoplatonicien Proclus, dans l'œuvre duquel le terme apparaît plusieurs fois, ne se nommèrent pas théologiens, même s'ils tenaient des discours sur Dieu. Le terme de théologie lui-même resta finalement orienté vers les propos religieux sur Dieu, en lien avec la prédication et le culte.

20/06/2008, 17h05