Arianisme

Arius (V. 256-v. 336), religieux qui a fondé une doctrine chrétienne, connue sous le nom d'arianisme.
Natif de Libye, Arius étudie à l'école théologique de Lucien d'Antioche avant d'être ordonné. Prêtre d'Alexandrie, Arius s'oppose à son évêque vers 319, à propos de la divinité du Christ, et met en cause la double nature de ce dernier. Il devient alors le principal défenseur d'une théorie selon laquelle les trois personnes de la Trinité — Père, Fils et Saint-Esprit — sont distinctes (non confondues) et différentes (inégales). Pour Arius, le Fils est engendré et ne bénéficie pas de l'existence éternelle du Père, ni de sa substance (consubstantialité).
La théorie, non conforme à l'orthodoxie en cours de définition, est jugée scandaleuse. Condamnés, Arius et ses partisans sont excommuniés et exilés. Arius reçoit alors l'appui des évêques de Palestine et se voit accueillir d'abord à Césarée puis à Nicomédie ; de là, sa doctrine se diffuse dans le milieu oriental partisan d'un monothéisme strict, pour lequel la doctrine de la Trinité peut paraître éloignée de l'idée d'un Dieu unique.
L'empereur Constantin Ier, soucieux de l'unité de l'Église chrétienne, se mêle également à l'affaire, en convoquant le concile œcuménique de Nicée en 325. Le concile définit le Credo orthodoxe et le dogme de la consubstantialité (homoousios, c'est-à-dire de la même substance), et aboutit à une seconde condamnation des thèses ariennes que leur auteur, présent au concile, refuse de réfuter. Après quelques années passées en exil et suite à une lettre de rétractation ambiguë dans laquelle il jure avoir été condamné pour une doctrine qui n'est pas la sienne, Arius est autorisé à rentrer vers 334. Puis, en 335, le concile de Jérusalem le réhabilite officiellement. Mais lorsqu'il cherche à retourner à Alexandrie pour la réhabilitation solennelle organisée en son honneur, le peuple d'Alexandrie se soulève ; la réhabilitation doit donc avoir lieu à Constantinople.
Selon la légende, Arius meurt à Constantinople en 336, la veille de la cérémonie de réhabilitation, d'une mort subite que les contemporains perçoivent comme une punition de Dieu — soit pour les thèses hérétiques, soit pour le parjure permettant de le réhabiliter. Cependant la versatilité impériale face à Arius et ses thèses favorise, lors des siècles suivants, la diffusion de l'hérésie arienne dans tout l'Orient, notamment parmi les barbares occidentaux qui l'adoptent plus facilement que le mystère trinitaire orthodoxe.

30/06/2008, 05h28