Saint Ignace d'Antioche

(Né vers 35 -d'origine syrienne- et est mort probablement en 107) Il fut le troisième évêque d'Antioche vers 68, après saint Pierre et Evode. Il est évêque d'Antioche et martyr chrétien, père apostolique de l'Église.
Il s'appelait lui-même Théophoros (en grec, « porteur de Dieu »).
La tradition voit en lui le petit enfant que Jésus plaça en exemple au milieu des apôtres, disant : Si vous ne devenez semblable à des petits enfants....

Sous le règne de l'empereur romain Trajan, Ignace fut condamné à être dévoré par les fauves. On espérait ainsi faire un exemple afin de freiner l'expansion du christianisme. On ne dispose pas d'informations biographiques le concernant avant son arrestation par les autorités romaines. Pendant le voyage d'Antioche à Rome, il encourage les fidèles à prier pour lui afin d'empêcher son exécution. Il priait lui-même auprès des fidèles les invitant à l'Amour de son prochain :
« Je vais à la mort avec joie. Laissez-moi servir de pâture aux lions et aux ours. Je suis le froment de Dieu. Il faut que je sois moulu sous leurs dents pour devenir un pain digne de Jésus Christ. Rien ne me touche, tout m'est indifférent, hors l'espérance de posséder mon Dieu. Que le feu me réduise en cendres, que j'expire sur le gibet d'une mort infâme ; que sous la dent des tigres furieux et des lions affamés tout mon corps soit broyé ; que les démons se réunissent pour épuiser sur moi leur rage : je souffrirai tout avec joie, pourvu que je jouisse de Jésus Christ ».

Il écrivit sept lettres : Cinq d'entre elles étaient adressées aux communautés chrétiennes d'Éphèse, Magnésie, Tralles, Philadelphie et Smyrne, villes d'Asie Mineure qui avaient envoyé des délégations pour l'encourager sur son passage. Les autres lettres étaient destinées à Polycarpe, évêque de Smyrne, et à la communauté chrétienne de Rome. Dans ces écrits, il exprima une pensée très influencée par les lettres de saint Paul et par l'apôtre Jean. Elles consistaient en des mises en garde contre les fausses doctrines.

Ignace d'Antioche attaqua d'une part les juifs, qui ne reconnaissaient pas l'enseignement du Nouveau Testament et continuaient à observer des pratiques du judaïsme comme le sabbat. Les docètes furent sa deuxième cible. Ces derniers considéraient que les souffrances et la mort du Christ n'étaient qu'apparentes et non réelles. Ignace d'Antioche pensait au contraire que le Nouveau Testament constituait l'achèvement de l'Ancien Testament et insista sur le caractère véritablement humain du Christ. Il souligna l'importance d'une structure hiérarchique au sein de l'Église et accorda une importance toute particulière au rôle de l'évêque, représentant du Christ sur terre, et garant de l'union du croyant avec le Christ. C'est cette idée d'union qui permet de comprendre son désir de martyre : il considérait qu'un disciple parfait du Christ doit imiter sa passion pour s'unir à lui dans la souffrance.

La pensée présentée dans ces lettres revêtit une grande importance : elle constitua le fondement de dogmes formulés après Ignace d'Antioche. Enfin, elles sont une source capitale d'informations sur les croyances et l'organisation de l'Église chrétienne primitive.

14/07/2008, 10h19